top of page
  • OBVISION

16 m2 autour du lit

À travers cet article publié dans notre magazine de recherche 'Asleep', nous retracerons brièvement l'histoire de l'évolution du lit et de son environnement, principalement en Chine et en Europe, enrichi par une série de nos illustrations.



Depuis les ancêtres les plus lointains de l'humanité, trouver un endroit pour se protéger du vent et de la pluie la nuit et dormir paisiblement est devenu la condition la plus primitive mais fondamentale pour un abri ou une maison. Pendant nos moments vulnérables et impuissants pendant le sommeil, l'importance du foyer réside dans le fait de fournir un abri pendant nos moments les plus faibles, et en conséquence, nous développons un attachement à celui-ci, tout comme un enfant à sa mère. Le lit, dans cette analogie, devient les bras aimants d'une mère, nous berçant.


Il y a environ 200 000 ans dans des grottes en Afrique du Sud, les premiers humains ont commencé à poser de l'herbe sur des cendres aromatiques de plantes brûlées, créant des lits qui étaient non seulement plus confortables et chauds, mais les protégeaient également des intrusions de moustiques, marquant le début du lit tel que nous le connaissons. Il y a environ 6 000 ans, sur le site archéologique de Banpo en Chine, nous pouvons entrevoir les contours de lits familiers avec des nattes de paille tissées et des couvertures en soie. Tout au long de l'histoire, le lit a occupé le cœur de nos habitations, et la présence d'un lit définit généralement un espace de vie. Il sert non seulement d'espace de sommeil, mais aussi de lieu pour diverses activités pendant les heures d'éveil, étroitement lié à notre mode de vie.


En suivant la chronologie de l'histoire, nous raconterons les histoires de 17 lits différents et des 16 mètres carrés d'espace les entourant, morceau par morceau, pour révéler un aperçu du panorama. Cela nous permet de jeter un coup d'œil à l'évolution des habitudes de sommeil et des modes de vie de personnes de différentes époques et cultures, de l'Europe à la Chine et de l'Antiquité à nos jours.


 



La Résidence Romaine Domus Ier au IXe siècle

Une Domus est un type de résidence romaine habituellement occupée par des individus fortunés, caractérisée par une structure extérieure relativement fermée. La lumière provient principalement d'une cour intérieure, avec des pièces telles que des chambres et des espaces repas disposées autour de la cour. Chaque pièce pouvait être fermée avec des rideaux, et seule la lueur des bougies éclairait les sols en mosaïque et les murs finement peints. Les lits étaient souvent construits en tissant des sangles sur un cadre en bois ou en bronze, surmonté d'un matelas et d'oreillers remplis de laine ou de plumes de cygne.


Dans la Rome antique, les lits servaient à diverses fins, pas seulement pour une nuit de sommeil ordinaire. Il existait des "lits pour les chambres", des "lits de mariage" finement décorés, et même des lits à roulettes utilisés comme lits médicaux. Dans cette salle à manger, nous voyons trois "lits de repas", où les gens se réclinaient sur le côté gauche et mangeaient de la main droite. Typiquement, il y avait trois individus, chacun avec son propre lit, et la position centrale était considérée comme la plus prestigieuse.




Résidence d'un Officiel de la Dynastie Han

IIe siècle



Pendant la dynastie Han, les individus fortunés ou les fonctionnaires résidaient souvent dans des maisons à plusieurs cours, et la disposition des salles avant et arrière avait déjà pris forme. Dans cette pièce, la zone autour du lit servait de lieu important pour recevoir des invités. Des nattes étaient disposées sur le sol pour que les invités s'agenouillent, tandis que s'asseoir sur le lit symbolisait un niveau de prestige plus élevé. Pour des raisons de sécurité, les fenêtres étaient rares, et des rideaux étaient couramment utilisés comme cloisons dans la pièce. Le lit servait à la fois de couchage et de lieu d'assise.


Le lit faisait généralement environ 20 centimètres de hauteur, ce qui le rendait inadapté pour s'asseoir les jambes pendantes. Les gens de l'époque s'agenouillaient souvent sur des nattes, et lorsqu'ils s'asseyaient sur le lit, ils utilisaient un support incurvé et un dossier comme accoudoirs et support dorsal. Le dos et un côté du lit étaient fermés avec des écrans en bois pour se protéger du vent.



 


Châteaux de la vallée de la Loire en France XVe siècle


Du Moyen Âge au XVIIIe siècle en Europe, le lit était l'élément le plus coûteux d'un ménage. Il était un symbole du prestige social du propriétaire et placé dans un coin de la pièce. Parmi la noblesse, le lit était utilisé par le mari et la femme ensemble. Les chambres des châteaux avaient souvent des cheminées et des antichambres près de l'entrée pour se protéger du froid et de l'humidité. En haut du lit se trouvait une natte tissée, plus tard remplacée par des tapis au XVe siècle. Les dormeurs portaient des bonnets de nuit pour garder leur tête au chaud. Au-dessus du lit, il y avait un tissu appelé "baldaquin" pour éviter que la poussière ne tombe et pour bloquer la lumière de la lune, considérée comme inopportune à l'époque, surtout en brillant sur le visage. Les rideaux entourant le lit assuraient une certaine intimité pour ceux qui se reposaient sur des matelas en plumes.


Le matériau du "matelas" reflétait le statut social du propriétaire : les pauvres utilisaient de la paille, tandis que les riches utilisaient des plumes de canard ou d'oie. En dormant, la tête reposait sur un oreiller à quatre touffes, et la plupart des gens dormaient en position assise. Les lits étaient souvent préchauffés avant le sommeil, et il était fortement déconseillé de couvrir ses pieds.




Residences Jiangnan Literati XIII siècle



En raison du climat chaud et humide du sud-est de la Chine, cette pièce de la dynastie des Song du Sud présente une structure à cadre sans murs solides, sans frontière claire entre l'intérieur et l'extérieur. Des écrans, des fenêtres en treillis du sol au plafond et des rideaux enroulables servaient de séparations entre les pièces, permettant des ajustements flexibles. Les propriétaires privilégiaient le confort et le paysage naturel plutôt que la vie privée et la sécurité.


La présence de chaises dans la pièce indique un passage du genou à la position assise avec les jambes pendantes. Le "Ta" (un type de plateforme basse) était généralement placé dans le hall et servait de pièce centrale de mobilier dans la chambre. Il était légèrement plus petit qu'un lit et pouvait être utilisé à la fois pour s'asseoir et s'allonger. Il servait de lieu de repos pour les propriétaires et de zone d'assise pour recevoir des invités. Le "Ta" était relativement léger et pouvait être déplacé à différents endroits. Il était recouvert de nattes en bambou, et une petite table était placée sur un côté pour servir d'oreiller. L'oreiller en bois et la literie sur le lit différaient des normes de confort d'aujourd'hui. La housse de lit était en soie, et pendant l'hiver, elle était remplie de soie. Cependant, pour la plupart des ménages ordinaires, ils ne pouvaient se permettre que des couvertures en chanvre remplies de coton..



 



Chambre à coucher du roi au château de Versailles

XVIII siècle



Le lit du roi jouait un rôle significatif dans la vie quotidienne du palais. Il servait de lieu où le roi, comme le soleil, effectuait les cérémonies du "lever" et du "coucher" : La cérémonie du "lever" durait environ une heure et impliquait six audiences organisées selon le rang des courtisans. Devant des centaines de personnes, le roi se levait, se lavait, puis s'habillait. La cérémonie du "coucher", en revanche, était la dernière audience de la journée, généralement accordée à quelques privilégiés et considérée comme un privilège pour ceux présents. Le roi déjeunait au lit pendant cette cérémonie et rencontrait les ministres.


Chaque matin, Louis XIV s'asseyait au lit, soutenu par des oreillers, pour présider des réunions soigneusement organisées afin d'affirmer son autorité. Pour souligner la majesté du roi, le lit était empilé avec des couches de matelas, le rendant exceptionnellement élevé. Cela permettait au roi de dominer les courtisans assis en dessous, et le baldaquin massif soulignait davantage son autorité. Parce que les gens de l'époque étaient encore habitués à dormir la tête surélevée sur des oreillers, la longueur de ce lit pourrait sembler courte selon les normes modernes. Le 1er septembre 1715, Louis XIV décéda dans ce lit.




Chambre à coucher de l'empereur de la Cité interdite

XVIII siècle


Dans la Cité interdite, il y a deux pièces symétriques de chaque côté de la Salle de la culture mentale qui peuvent servir de chambre de l'Empereur. Ces pièces sont relativement petites, mesurant seulement quelques mètres carrés chacune, conçues pour mieux "concentrer l'énergie". Les lits sur des plates-formes chauffées et les poêles de style kang sont des moyens typiques dans le nord de la Chine pour lutter contre le froid extrême. Cet espace appartient au domaine privé de l'Empereur et n'est généralement pas utilisé pour recevoir des étrangers. En dehors du sommeil et du repos, les devoirs officiels et les réunions étaient généralement menés dans d'autres pièces. Même les consorts, y compris l'impératrice et les concubines, dormaient séparément dans leurs propres chambres.


Le lit dans la pièce est exclusivement destiné à l'Empereur et a une forme longue et étroite, symbolisant la "longévité". Le lit est intégré à l'architecture et est positionné au-dessus d'une plate-forme chauffée (kang) avec trois côtés contre les murs et un côté recouvert d'un rideau de lit, créant un espace clos plus petit dans la chambre. La légende raconte qu'à l'époque, l'empereur Qianlong préférait utiliser des matelas en roseau et utilisait également des couvertures en laine d'antilope tibétaine ornées d'inscriptions de textes sacrés.



 


Résidence du quartier de Kensington à Londres

XIX siècle



À l'époque victorienne, de nombreuses personnes ont abandonné l'habitude de dormir ensemble dans des espaces communs. Un changement révolutionnaire a été l'introduction de la liaison entre les différentes chambres par des couloirs publics à l'extérieur des chambres, ce qui a permis à chaque chambre de devenir véritablement indépendante, et l'intimité est devenue possible. Ici, la chambre à coucher était uniquement consacrée au sommeil. Elle ne servait pas seulement d'espace privé pour les couples, mais devenait aussi la pièce centrale de la maison. L'un des meubles essentiels était un fauteuil confortable où la maîtresse de maison pouvait se reposer après ses fatigantes tâches ménagères.


Avec la révolution industrielle du XIXe siècle, la qualité des lits s'est considérablement améliorée. L'invention des ressorts hélicoïdaux en 1857, suivie d'un brevet de literie en 1865, a complètement transformé les matelas. Les lits avaient généralement un cadre métallique, étaient équipés d'un rembourrage en crin de cheval et d'un matelas en plumes, et étaient recouverts de draps, de trois couvertures, d'une couette en duvet et d'oreillers.




Maison historique Lin Antai à Taïwan

XIX siècle


Il s'agit d'une chambre à coucher dans une maison traditionnelle taïwanaise à cour, servant d'espace de vie relativement privé pour le maître et la maîtresse de maison. Outre l'entrée principale de la pièce, une petite porte située derrière le lit mène à un couloir arrière. À une époque où les rôles traditionnels des hommes et des femmes étaient plus prononcés, les femmes et les enfants utilisaient ce couloir arrière pour éviter de traverser le hall principal lorsqu'ils recevaient des invités, comme le voulait l'étiquette.


Le lit à baldaquin de la chambre est comme une "pièce dans la pièce" et se présente comme le meuble le plus important et le plus prestigieux de cet espace. Le lit est entouré de rideaux, qui ont deux fonctions principales : bloquer la lumière et obscurcir la vue pour préserver l'intimité. En outre, pendant l'été, les rideaux peuvent être utilisés pour suspendre des moustiquaires, tandis qu'en hiver, des couvertures plus épaisses peuvent être ajoutées pour plus de chaleur.



 


E1027 Villa dans le sud de la France

1930s



Dans la chambre à coucher de cette villa conçue par Eileen Gray, nous assistons à des changements esthétiques fondamentaux : l'acier commence à remplacer le bois, les meubles abandonnent l'ornementation au profit de lignes pures et d'éléments de base. Avec les transformations technologiques, sociales et culturelles qui ont suivi la révolution industrielle, les architectes et les designers ont cherché un nouveau langage de conception moderne, dont l'école du Bauhaus est un éminent représentant. L'eau courante et les salles de bains font leur apparition dans tous les foyers et, bientôt, les lavabos remplacent ceux des chambres à coucher. Auparavant, prendre un bain chaud avant de se coucher tous les soirs était difficilement concevable.


Les lits issus de l'industrialisation ont pris une forme exceptionnellement simple. Ils n'étaient plus chargés de symboles de statut, mais axés sur le confort. La forme de base des lits que nous utilisons aujourd'hui a été largement établie à cette époque.




Chambre de la ruelle Shikumen à Shanghai

1930s



Au début du XXe siècle, Shanghai était densément peuplée et les propriétaires des maisons de Shikumen louaient souvent les chambres les plus petites et les moins désirables, appelées "Tingzijian", à des locataires. Ces pièces étaient assez petites et orientées dans des directions défavorables. Pour les locataires, cette pièce constituait l'intégralité de leur espace de vie, à l'exception de la cuisine et de la salle de bains.


L'ameublement de la pièce montre clairement des influences occidentales, comme l'armoire verticale et les tables et chaises de style occidental. Plus important encore, la pièce est équipée d'un éclairage électrique, ce qui enrichit la vie nocturne. Pour économiser de l'espace et de l'argent, le lit de la chambre est devenu très simple, et le cadre du lit surélevé permet de ranger les affaires en dessous. Les oreillers et les couettes en coton étaient déjà très répandus à l'époque.



 


Appartement intégré moderne allemand

1970s



Dans les appartements intégrés modernes allemands des années 1970, on trouve une petite combinaison salon/chambre à coucher : un lit indépendant avec une tête de lit et un bureau. Dans l'Europe des années 1950, le lit était avant tout un endroit où l'on dormait et se reposait, et c'est tout. Cependant, dans les années 1960 et 1970, on observe une "bedification" d'appartements entiers : les canapés deviennent soudain souples et grands, et la surface du lit s'agrandit également. Ce changement correspondait à l'évolution de la compréhension du corps à cette époque.


La mousse à mémoire de forme (initialement développée par la NASA en 1966) a amélioré le confort des lits. L'introduction des duvets scandinaves dans les années 1970 a modifié la façon de faire les lits, éliminant la nécessité de superposer plusieurs couches de draps et de couvertures.




Appartement "Tongzi" à Pékin

1960s



Il s'agit d'un dortoir collectif typique, influencé par l'architecture de style soviétique, qui a été largement utilisé dans diverses régions de Chine pendant une longue période. Dans ces résidences collectives, chaque ménage disposait d'une chambre, pratiquement identique. Tous les membres de la famille vivaient dans la même pièce, qui servait à la fois de chambre et de lieu d'activités familiales. La salle de bain était partagée avec les voisins et le couloir commun était souvent utilisé comme cuisine. Les portes de chaque logement restaient généralement ouvertes, ce qui créait des liens étroits entre les voisins. La vie privée n'était manifestement pas une préoccupation à cette époque.


Les lits de ces chambres étaient également très simples. Les lits doubles en bois sans aucune décoration étaient courants, avec des planches de bois recouvertes d'une couche de coton. En été, des nattes de bambou étaient souvent placées sur les lits pour les rafraîchir. Si les chambres étaient peu décorées, les draps de lit et les édredons présentaient souvent des motifs vifs. Dans cet espace surpeuplé, le lit servait non seulement à dormir, mais aussi à jouer un rôle similaire à celui des canapés d'aujourd'hui.


 


Résidence familiale à Berlin

1990s



Affiches de groupes ou de célébrités, peinture colorée, piles de jouets en peluche : chaque chambre possède une collection d'empreintes de jeunes comme autant de talismans. À cette époque de culture populaire, la chambre à coucher des jeunes était surtout une façon d'aménager l'espace pour exprimer leur identité et leur personnalité. Ils y plaçaient tout ce qu'ils possédaient, écoutaient leur musique et jouaient aux jeux vidéo. Ces collages ont presque disparu à l'ère du numérique. Dans le même temps, les matelas nouvellement inventés en mousse combinée ont non seulement rendu les lits plus légers, mais ont également permis une personnalisation en fonction des besoins du corps.




Chengdu Condominium Apartment

1990s


Cette pièce est la principale zone de vie d'une suite de condominium à Chengdu dans les années 1990. L'essor des propriétés résidentielles commerciales a augmenté l'espace de vie pour les gens. Les familles sont passées de chambres individuelles à des suites de deux ou trois chambres. Initialement, dans ces suites, les chambres étaient souvent assez grandes, tandis que les salons étaient relativement petits. Bien que les chambres plus grandes soient restées des espaces importants pour les activités familiales et recevoir des amis, les enfants et les parents pouvaient avoir des chambres séparées, et la vie privée est progressivement devenue plus importante même au sein de la famille.


Les matelas en mousse à mémoire de forme sont devenus une tendance populaire de cette époque, et l'éveil des besoins de confort et d'esthétique a conduit à l'apparition de divers ensembles de literie décorative. Les couvertures chauffantes et les couvertures régulières ont rendu les lits plus chauds. La présence d'une télévision dans la chambre a transformé le lit en un centre de divertissement. Regarder la télévision avant de dormir est devenu une nouvelle habitude, et l'heure du coucher a commencé à être plus tardive.


 


Appartements contemporains

Aujourd'hui



Aujourd'hui, il est difficile de discerner les différences régionales dans l'apparence des chambres à coucher, car un paradigme unifié est largement utilisé à la fois dans les cultures orientales et occidentales. Les chambres à coucher sont progressivement devenues des espaces personnels et privés, et les gens n'entrent plus facilement dans la chambre d'une autre personne, même parmi les membres de la famille. Les espaces des chambres sont devenus plus petits, et les activités autres que le repos et le sommeil ont été déplacées vers des zones communes plus grandes à l'intérieur des maisons. Chaque aspect de la conception de la chambre est axé sur la création d'un environnement plus confortable.


Le divertissement avant le coucher reste important, mais à l'ère numérique, il n'y a plus besoin d'équipements de divertissement encombrants qui prennent de la place. Divers appareils intelligents sont devenus compacts, ne nécessitant qu'une source d'alimentation à proximité du lit. Les cadres de lit, les matelas et la literie sont des composants essentiels d'un lit aujourd'hui, avec des tailles et des spécifications normalisées. Cependant, la variété des options est devenue d'une diversité sans précédent, permettant aux individus de trouver des produits adaptés à diverses fonctionnalités et préférences esthétiques.


 

Chaque époque, chaque région et chaque personne a des histoires différentes dans leurs 16 mètres carrés autour de leur lit. Ces 15 espaces ne sont clairement que 15 exemples et ne peuvent pas représenter l'histoire complète des chambres à coucher. Cependant, à travers eux, nous pouvons voir que l'espace de sommeil n'a jamais été constant. Avec les changements de technologie, de méthodes de production et de culture, notre façon de dormir et nos concepts du sommeil ont également évolué. Aujourd'hui, nos exigences en matière de confort, d'intimité, de propreté, et même la durée du sommeil ne sont pas innées. Nous constatons que les chambres séparées sont devenues courantes seulement au cours du dernier siècle ; avant cela, nous dormions souvent avec des membres de la famille, voire des étrangers. La vie nocturne après le coucher du soleil a vraiment émergé après l'invention de l'éclairage électrique, et notre heure du coucher a progressivement été repoussée avec les progrès technologiques. En regardant en arrière il y a deux ou trois décennies, un pot de chambre était un élément essentiel du chevet, et faire tremper ses pieds dans l'eau chaude avant le coucher était un grand luxe. Oui, nos environnements de sommeil s'améliorent, mais ironiquement, la qualité de notre sommeil se détériore.


Nous pouvons certainement imaginer un avenir avec des chambres parfaites contrôlées par l'intelligence artificielle et divers capteurs, personnalisant l'éclairage, la température et l'ambiance idéals pour nous à chaque instant et nous réveillant au moment parfait. Cependant, l'histoire semble nous dire que ceux qui utilisent des matelas aujourd'hui ne dorment peut-être pas mieux que ceux qui utilisaient des nattes en paille dans le passé. Cela ne vise pas à nier que le progrès technologique a amélioré notre qualité de vie ; cela indique simplement que de meilleures conditions matérielles ne se traduisent pas nécessairement par un meilleur sommeil. De nombreux facteurs affectent le sommeil au-delà de l'environnement de sommeil, tels que se coucher à la bonne heure, éviter des horaires trop chargés, l'exercice régulier, et faire des 16 mètres carrés autour du lit un sanctuaire du sommeil.


Les futurs 16 mètres carrés à côté du lit ne seront pas une simple accumulation de technologie. Les habitants des grandes villes peuvent faire face à une réduction des espaces de vie en raison de l'augmentation de la population urbaine, et nos appartements peuvent devenir des espaces polyvalents et multifonctionnels. La superconnectivité à Internet et les modes de vie 24 heures sur 24 peuvent amener certaines personnes à ne plus avoir d'horaires et d'endroits fixes pour dormir, et les 16 mètres carrés autour de leur sommeil ne seront peut-être pas seulement à la maison mais aussi à l'extérieur. La pandémie de COVID-19 nous a fait réaliser que trouver un endroit pour dormir paisiblement face à des catastrophes soudaines peut être un luxe.


Le sommeil ne peut pas être simplifié à une simple question de chambre à coucher ; c'est un thème plus large. Avec diverses imaginations et curiosités sur le futur, en tant que concepteurs, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander comment le design peut améliorer le sommeil de demain ?


bottom of page